Produisez de l'énergie solaire !

Les projets solaires non résidentiels ont désormais plus de temps pour sécuriser l'ITC avec les dernières extensions de la sphère de sécurité

0 Comments

Le département du Trésor et l'Internal Revenue Service (IRS) ont publié cette semaine des directives qui étendent les dispositions de la sphère de sécurité aux projets solaires non résidentiels en vertu de l'article 48 du crédit d'impôt à l'investissement (ITC). Cela traite des impacts de la pandémie de COVID-19, qui comprenaient des retards de projet et des pénuries d'approvisionnement, qui ont empêché certains grands projets de respecter les délais pour obtenir des crédits d'impôt.

« La pandémie de COVID a perturbé les chaînes d'approvisionnement, créé d'importants retards d'autorisation et compromis l'achèvement dans les délais de nombreux projets d'énergie renouvelable », a déclaré Gregory Wetstone, président et chef de la direction du groupe de défense American Council on Renewable Energy (ACORE). « L’avis de l’IRS d’aujourd’hui visant à atténuer ces impacts liés au COVID est un développement bienvenu et contribuera grandement à garantir la réalisation de ces importants projets d’énergie propre. »

Les nouvelles directives de l'IRS prolongent la sphère de sécurité de quatre à six ans pour les projets dont la construction a commencé de 2016 à 2019. La sphère de sécurité a été prolongée de quatre à cinq ans pour les projets dont la construction a commencé en 2020.

L'avis offre également un nouveau choix pour démontrer un travail continu, connu sous le nom d'exigence de continuité, sur un projet, offrant la possibilité d'utiliser l'une des deux normes, quelle que soit la façon dont une décision antérieure a été prise sur la façon de commencer la construction.

"De nombreuses entreprises solaires ont été confrontées à des perturbations importantes dans les délais de leurs projets en raison de COVID-19, et ce nouvel avis de l'IRS leur donnera une marge de manœuvre bien nécessaire pour mener à bien ces projets", a déclaré Abigail Ross Hopper, présidente et chef de la direction du groupe de défense des droits. Association des industries de l'énergie solaire (SEIA). « Au cours de la dernière année et demie, la pandémie a perturbé les chaînes d'approvisionnement, les opérations d'expédition et de construction, les processus d'autorisation et les délais de financement. Sans la clarté des règles de la sphère de sécurité de l'IRS, certains de ces projets solaires et les avantages économiques locaux qu'ils apportent n'auraient pas franchi la ligne d'arrivée. Les entreprises ont désormais la certitude dont elles ont besoin pour faire avancer ces projets, et nous remercions nos dirigeants fédéraux du département du Trésor d'avoir pris cette décision. »

<!–

–>

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *