Produisez de l'énergie solaire !

Le président américain donne au DOE le contrôle de la détermination des achats d'équipement en vrac

Aujourd'hui, le président Trump a signé un décret, «Sécuriser le système d'alimentation en bloc des États-Unis». Le décret autorise le secrétaire américain à l'Énergie, Dan Brouillette, à travailler avec le Cabinet et l'industrie énergétique pour sécuriser le système d'alimentation en vrac américain.

"Aujourd'hui, le président Trump a fait preuve d'un leadership audacieux pour protéger le système d'alimentation en vrac américain et assurer la sécurité et la prospérité de tous les Américains", a déclaré la secrétaire Brouillette. «Il est impératif que le système d'électricité en vrac soit protégé contre l'exploitation et les attaques de menaces étrangères. Ce décret réduira considérablement la capacité des adversaires étrangers à viser notre infrastructure électrique critique. »

Le DOE déclare que le système d'électricité en vrac (BPS) est vital pour la sécurité énergétique du pays, soutenant la défense nationale, les services d'urgence et les infrastructures essentielles. Chaque année, le gouvernement fédéral dépense des millions de dollars pour un large éventail de composants BPS. Les règles actuelles en matière de marchés publics entraînent souvent l'octroi de contrats aux offres les moins chères, une vulnérabilité qui peut être exploitée par ceux qui ont des intentions malveillantes, explique le DOE.

Le décret exécutif d'aujourd'hui interdit aux agences fédérales et aux personnes américaines d'acquérir, de transférer ou d'installer des équipements BPS dans lequel tout pays étranger ou ressortissant étranger a un intérêt et la transaction pose un risque inacceptable pour la sécurité nationale ou la sécurité et la sûreté des citoyens américains.

Du décret:

  • Le terme «système d'alimentation en vrac» désigne (i) les installations et les systèmes de contrôle nécessaires au fonctionnement d'un réseau de transport d'énergie électrique interconnecté (ou d'une partie de celui-ci); et (ii) l'énergie électrique des installations de production nécessaire pour maintenir la fiabilité du transport. Aux fins de la présente ordonnance, cette définition comprend les lignes de transmission à 69 000 volts (69 kV) ou plus, mais ne comprend pas les installations utilisées dans la distribution locale d'énergie électrique.
  • Le terme «équipement électrique du système d'alimentation en vrac» désigne les articles utilisés dans les sous-stations, les salles de contrôle ou les centrales électriques des systèmes d'alimentation en vrac, y compris les réacteurs, les condensateurs, les transformateurs de sous-station, les condensateurs de couplage de courant, les grands générateurs, les générateurs de secours, les régulateurs de tension de sous-station, équipement de condensateur shunt, réenclencheurs de circuits automatiques, transformateurs de mesure, transformateurs de tension de capacité de couplage, relais de protection, équipement de mesure, disjoncteurs haute tension, turbines de génération, systèmes de contrôle industriels, systèmes de contrôle distribués et systèmes instrumentés de sécurité. Les articles non inclus dans la liste précédente et qui ont une application plus large d'utilisation au-delà du système d'alimentation en vrac sont en dehors du champ d'application de cette commande.

Sur la base de ces informations, il est Solar Power World's étant entendu que les équipements et projets solaires résidentiels et commerciaux ne sont pas influencés par le présent décret. Et comme «l'équipement à intérêt étranger» est spécifiquement mentionné, cela est très probablement orienté vers les préoccupations soulevées concernant l'utilisation de l'équipement Huawei aux États-Unis, entre autres sociétés. Huawei, une entreprise de télécommunications liée au gouvernement chinois, a commencé à vendre des onduleurs solaires aux États-Unis en 2016. Les sénateurs américains ont appelé à l'interdiction des équipements Huawei au début de 2019. La demande a été renouvelée en décembre 2019.

En vertu de ce décret, le secrétaire à l'Énergie est autorisé à:

  • Établir et publier des critères pour reconnaître l'équipement et les fournisseurs particuliers comme «préqualifiés» (liste des fournisseurs préqualifiés).
  • Identifier tout équipement désormais interdit déjà utilisé, permettant au gouvernement d'élaborer des stratégies et de travailler avec les propriétaires d'actifs pour identifier, isoler, surveiller et remplacer cet équipement, le cas échéant.
  • Travailler en étroite collaboration avec les départements du commerce, de la défense, de la sécurité intérieure et de l'intérieur; le directeur du renseignement national; et d'autres organismes fédéraux appropriés pour s'acquitter des pouvoirs et des responsabilités décrits dans le décret.

Un groupe de travail dirigé par la secrétaire Brouillette élaborera des politiques d'approvisionnement en infrastructures énergétiques pour s'assurer que les considérations de sécurité nationale sont pleinement intégrées dans l'élaboration des politiques gouvernementales en matière de sécurité énergétique et de cybersécurité. Le groupe de travail consultera l'industrie de l'énergie par l'entremise des conseils de coordination du sous-secteur de l'électricité et du gaz naturel afin de poursuivre ses efforts pour sécuriser le SPB.

Nous mettrons à jour cette histoire au fur et à mesure que les choses seront clarifiées.

<! –

->

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *