Produisez de l'énergie solaire !

La Californie utilise les dollars des combustibles fossiles pour financer l'énergie solaire pour les communautés défavorisées

0 Comments

Les prix de la technologie solaire continuent de baisser, mais le coût de l’utilisation de l’énergie solaire reste prohibitif pour une grande partie des Américains. Advanced Solar Market California a créé des programmes pour lutter contre les inégalités énergétiques dans les communautés défavorisées – The Places le plus touché par la pollution et le changement climatique. La dernière incitation de l’État a récemment marqué un an de fonctionnement.

Le solaire sur le logement abordable multifamilial (SOMAH) a démarré en juillet 2019 et est responsable d'un pipeline de 84 MW de construction solaire nouvelle ou prévue dans les territoires de services publics appartenant à des investisseurs de Californie, ciblant les communautés à faible pénétration du PV. Pour comparer, le logement solaire abordable multifamilial (PURÉE), un programme incitatif similaire de l'État, a apporté 41,9 MW de projets solaires à l'État depuis 2008.

Le programme de logement abordable Solar On Multifamily a facilité la construction d'un réseau dans un complexe multifamilial à Loma Sierra Apartments à Loma Linda, en Californie. Marissa Leshnov / Solar sur le logement abordable multifamilial

La SOMAH devrait fonctionner pendant 10 ans et dispose d’un budget de fonctionnement annuel pouvant atteindre 100 millions de dollars provenant de l’État. Programme de plafonnement et d'échange de gaz à effet de serre. Avec ce financement, l’objectif physique de SOMAH à la fin de son cycle de vie est d’apporter 300 MW de nouvelle énergie solaire aux communautés mal desservies de l’État et, à terme, de réduire le coût de l’énergie pour ces locataires.

«Historiquement, l'énergie solaire n'était disponible que pour les revenus moyens et supérieurs», a déclaré Jae Berg, responsable de programme au sein de l'équipe administrative de SOMAH. «Notre idée est d'utiliser ces mesures incitatives pour installer l'énergie solaire sur des logements abordables et nous assurer que ces gens peuvent avoir le même accès à la source d'énergie renouvelable.»

En tant que couche supplémentaire de responsabilité administrative, la SOMAH s'est associée à quatre organisations communautaires pour gérer la sensibilisation du programme et l'éducation solaire dans leurs communautés respectives. SOMAH a également fait appel à des groupes industriels comme GRID Alternatives pour garantir une opportunité de création d'emplois à chaque installation.

«Générer des avantages économiques directs pour les locataires, la facturation nette virtuelle – nous voulons créer des emplois grâce aux exigences de formation professionnelle et fournir une aide directe aux communautés défavorisées», a déclaré Berg.

Créer des emplois solaires sur site

Pour stimuler davantage la croissance économique de ces communautés, la SOMAH exige que chaque installation solaire fasse appel à un à deux stagiaires, en fonction de la taille du système. Les stagiaires éligibles doivent être inscrits ou récemment diplômés d'un programme de formation solaire pertinent, ou vivre dans la propriété où le système est en cours d'installation.

SOMAH exige qu'au moins une opportunité de formation professionnelle accompagne chaque installation solaire. Marissa Leshnov / Solar sur le logement abordable multifamilial

Le programme de formation professionnelle de la SOMAH a tiré les leçons d’autres initiatives étatiques telles que Programme d'intempéries pour les faibles revenus pour atteindre les objectifs tandem d'amélioration des bâtiments et de développement de la main-d'œuvre. Le programme de vieillissement encourage les entrepreneurs à embaucher des stagiaires localement et à donner la priorité à l'embauche de ceux qui rencontrent des obstacles à l'emploi.

Les stagiaires de la SOMAH perçoivent un salaire d'entrée de gamme, soit 1,4 fois le salaire minimum local, par l'entrepreneur. Chaque emploi garantit 40 heures de formation rémunérée, et jusqu'à 80 heures si le système est supérieur à 100 kW. Les stagiaires sont placés dans l'un des trois postes suivants: installation, conception ou gestion de projet.

Bien que la législation SOMAH n’ait pas fixé d’objectif de formation professionnelle, les administrateurs du programme ont des attentes élevées.

«Nous aimerions voir ce nombre se chiffrer en milliers, et voir ces stagiaires être embauchés», a déclaré Staci Hoell, responsable du développement des effectifs chez SOMAH.

Au moment de la rédaction de cet article, la SOMAH avait des candidatures de 200 stagiaires éligibles, dont 48% provenant de communautés défavorisées. Le programme a reçu 400 candidatures pour des projets, ce qui se traduit par environ 750 opportunités d'emploi.

Le programme engage actuellement 80 stagiaires actifs. Les personnes intéressées par le programme de formation s'inscrivent sur Site Web de SOMAH et consultez un portail comme d'autres sites d'offres d'emploi.

Démarrage retardé mais prometteur

SOMAH essaie d'encourager le développement solaire multifamilial à travers des incitations financières pour les propriétaires de systèmes et les entrepreneurs photovoltaïques. Au moins 51% des énergies renouvelables générées par les projets SOMAH doivent être dirigés vers les locataires, et leur loyer ne peut pas augmenter dans le processus. L'incitatif augmente en fonction de la quantité d'énergie dirigée vers les locataires.

Comme presque toutes les autres industries du monde, l'émergence du COVID-19 a retardé les opérations solaires. La première série de projets solaires SOMAH devait commencer la construction au deuxième trimestre 2020, mais en raison des fermetures de l'État, les installations ont été retardées. Pourtant, la SOMAH a continué de recevoir des demandes d'entrepreneurs et de propriétaires d'immeubles multifamiliaux tout au long de la pandémie.

SOMAH a pour objectif final d'apporter 300 MW d'installations solaires à ses communautés cibles. Marissa Leshnov / Solar sur le logement abordable multifamilial

Plus d’un quart des projets d’installations multifamiliales du pipeline actuel de SOMAH sont basés dans des communautés globalement désavantagées, et 90% de la capacité projetée actuelle profitera directement aux locataires. Les réseaux prévus sont principalement des systèmes de toit et certains abris de voiture.

SOMAH utilise CalEnviroScreen, un programme qui illustre les niveaux de pollution dans les communautés californiennes, comme un cadre pour déterminer quels projets sont hautement prioritaires, et est conseillé par ses partenaires communautaires sur les domaines dans lesquels se concentrer sur le développement de l'énergie solaire.

«Il y a un aspect de justice réparatrice dans SOMAH», a déclaré Chris Walker, directeur de programme chez Grid Alternatives et administrateur de programme pour SOMAH. «D'une part, nous prenons des dollars de plafonnement et d'échange, et nous les appliquons aux communautés qui contribuent le moins et voient les pires effets du changement climatique et du racisme environnemental, mais il y a aussi une ironie à cela. . »

Lorsque les entreprises ont dû fermer au début de la pandémie, réduction en gaz à effet de serre produits par les industries régies par le plafonnement et l'échange et les revenus qui les accompagnent.

«Nous gardons un œil sur cela pour affecter le financement potentiel et ce ne serait pas, par exemple, un résultat juste si une pause temporaire dans la pollution massive à laquelle ces communautés doivent faire face affecte leur capacité à recevoir un aspect de la justice réparatrice à travers ces fonds du programme », a déclaré Walker.

Mis à part les effets COVID inattendus, le dévouement de la Californie à apporter l'énergie solaire aux communautés mal desservies est un modèle avant-gardiste qui peut être utilisé comme guide pour d'autres États dotés de marchés solaires avancés.

«Nos organisations communautaires essaient vraiment de s'organiser dans ces points chauds, non seulement parce que ces communautés sont en première ligne du racisme climatique et environnemental, mais parce que ces communautés ont également les atouts pour résoudre ces problèmes elles-mêmes», a déclaré Walker. «Plutôt que de parachuter dans cet effort bureaucratique, quasi-financé par l'État, nous essayons dans la mesure du possible de travailler avec des groupes comme nos organisations communautaires pour garder leurs voix au premier plan, non seulement pour nous assurer que le programme est au service des communautés défavorisées, mais pour que les communautés défavorisées aient une place à la table pour déterminer comment le programme devrait se dérouler.


Cette histoire fait partie du rapport annuel sur la politique solaire régionale de Solar Power World. Découvrez-en plus dans notre édition numérique du magazine.

<! –

->

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *